Accueil

La Psychosomatique Relationnelle

IMG_5483

La psychosomatique relationnelle est une manière de penser la pathologie, qu’elle soit fonctionnelle, mentale ou organique, en considérant trois dimensions : le fonctionnement subjectif du sujet, la situation relationnelle conflictuelle qui lui est inséparable et la pathologie. Ces trois dimensions sont en lien permanent selon une causalité circulaire.

Elle fait partie du courant multi-référentiel de la psychothérapie.

En plus de la dimension thérapeutique, celle-ci aborde les champs philosophique, esthétique et culturel inhérents à la dimension relationnelle.

La théorie relationnelle.

La théorie relationnelle intègre le psychique et le somatique dans une conception globale de l’homme.

La pathologie, qu’elle soit organique ou fonctionnelle, s’inscrit toujours dans une relation. Elle peut être appréhendée selon une vue d’ensemble du fonctionnement du sujet, défini par son potentiel de subjectivation, et d’une situation relationnelle inséparable de ce fonctionnement.

Ainsi, la pathologie se trouve mise en rapport avec une situation conflictuelle dans laquelle le conflit peut trouver une solution ou bien devenir insoluble formant alors une situation d’impasse.

La notion d’impasse fournit une vision plus grande de la pathologie, permettant de comprendre la maladie organique sans la ramener à une simple somatisation, le terme de somatisation s’appliquant à la pathologie fonctionnelle dans laquelle le conflit psychique trouve sa résolution dans des symptômes conversifs : la maladie fonctionnelle a alors valeur de langage.

Dans la pathologie organique, c’est le corps physique qui est touché par la lésion. Il n’est alors plus question d’une expression métaphorique car la maladie n’exprime rien. L’interprétation demeure alors inefficace et n’entrave en rien son évolution. Seul un principe de causalité circulaire faisant intervenir la situation d’impasse permet de saisir l’unité d’un sujet aux prises avec la pathologie située aux confins du psychique et du somatique. Dans la relation thérapeutique, toute dualité psychique-somatique se trouve ainsi dépassée au profit de l’unité d’un fonctionnement du sujet, prisonnier d’une situation, avec ou sans issue, écho d’une histoire dont il s’agit alors de restituer la complexité.

L’Approche centrée sur la personne.

En articulation avec la théorie relationnelle, les concepts de l’Approche Centrée sur la Personne élaborés par Carl Rogers sont en plein accord avec les bases de l’attitude thérapeutique des praticiens en psychosomatique relationnelle, attitude fondée sur une vision éthique et anthropologique qui s’inscrit dans le courant de la psychologie humaniste et replace la relation en tant que rencontre de deux subjectivités au cœur de la thérapie.